Interview de Ted Cornil

Mai 10, 2022
a.denoix

Découvrez l’interview de Ted CORNIL, en première année de la formation BAC+5 à l’ESCT Paris-Montreuil

Peux-tu te présenter ?

J’ai 21 ans. Après avoir obtenu un BAC Pro Travaux Publics, à Égletons, j’ai poursuivi en BTS Travaux publics dans la même école. Ensuite, j’ai effectué une licence professionnelle management et conduite de travaux à l’ESTP.
Puis en septembre 2021, j’ai décidé de réaliser la formation certifiante Directeur-trice de Travaux, dispensée à l’ESCT Paris-Montreuil.

Durant mon parcours scolaire, j’ai réalisé différents stages dans les différents domaines des travaux publics. Ce que j’ai le plus apprécié c’est le Génie Civil. En BTS, j’ai effectué un stage vraiment spécialisé en Génie Civil sur l’extension en mer de Monaco avec Bouygues. À la suite de ce stage, ils m’ont proposé une alternance en Génie Civil sur un chantier du Grand Paris.

Pourquoi as-tu choisi de suivre une formation à l’ESCT ?

Je connaissais des personnes qui ont réalisé la formation à l’ESCT. Ils m’ont expliqué que la formation à l’ESCT était dispensée par des professionnels et qu’il y avait des périodes longues en école et en entreprise. D’ailleurs, c’est l’une des seules écoles qui propose de poursuivre sa formation BAC+5 en alternance.

Quel est ton poste et quelles sont tes missions au sein de ton entreprise d’alternance ?

Je suis assistant conducteur de travaux sur un ouvrage souterrain. Lorsque j’ai commencé mon alternance au sein de l’entreprise Bouygues Travaux Publics en licence pro, je réalisais principalement des tâches de suivi. J’étais beaucoup sur le chantier à suivre les travaux avec les chefs de chantier, etc.

Depuis que je suis la formation à l’ESCT, on me laisse plus d’autonomie. J’organise les travaux des sous-traitants, de la production propre et le planning. Je réalise aussi les contrôles qualité et les visites sécurité. Depuis peu, je m’occupe également de la rédaction des contrats de sous-traitance. Pour le moment, la seule partie que je ne gère pas, c’est la partie financière.

Pourquoi as-tu choisi de réaliser une alternance au sein de l’entreprise Bouygues Travaux Publics ?

J’ai choisi Bouygues Travaux Publics car elle s’occupe de grands projets avec d’importantes contraintes, notamment techniques. Le chantier en lui-même est organisé comme une entreprise. Il y a plusieurs services supports comme la topographie ou le service achats. Ces grands projets durent longtemps ce qui permet de bien s’installer et de vivre pleinement le chantier qui est en constante évolution.

En ce moment, sur quel chantier travailles-tu ?

Actuellement, je travaille sur le chantier de la Porte Maillot. Le chantier a débuté en 2017 et consiste à réaliser une gare souterraine à ciel ouvert pour accueillir le RER E, mais également faire les connexions avec la ligne 1 du métro, le RER C ou encore le Palais des Congrès de Paris qui jouxte le chantier. Le deuxième gros poste de ce chantier et le creusement du tunnel entre la Défense et la gare Saint-Lazare qui s’est terminé en début d’année 2022.
C’est un chantier avec des contraintes architecturales importantes puisque la plupart des parties en béton seront visibles des voyageurs, ce qui ne laisse pas le droit à l’erreur.

De plus, c’est un chantier sur lequel il y a énormément de personnel et d’entreprises en simultané dans une zone très restreinte, ce qui oblige un niveau de vigilance important de la part de tous les collaborateurs.

Qu’est-ce qui te plaît dans ton travail ?

Ce qui me plaît le plus c’est le fait d’être en contact tous les jours avec les personnes qui travaillent sur le chantier, notamment les chefs de chantier afin de pouvoir échanger sur leur expérience et leur façon de voir les choses techniquement lorsque j’ai un doute.

J’aime également la réflexion technique qui est chaque jour différente pour réussir des tâches inhabituelles en fonction des contraintes. Le fait également de voir l’avancement des travaux et de trouver des solutions lorsqu’il y a des problèmes et très motivant. En fait, le métier de conducteur de travaux c’est ça : préparer / anticiper les choses et trouver des solutions lorsqu’il y a des imprévus.

À l’inverse, qu’elles peuvent être les complexités de ce poste ?

Je pense que sur ce chantier en particulier, c’est la coactivité. Effectivement, il y a beaucoup de personnes qui y travaillent, il n’est pas rare d’avoir 500 personnes sur le chantier ; un flux de camions importants à gérer, parfois plus de 200 camions par jour.

Mais je pense qu’en règle générale, les complexités de ce métier en font son charme et sa particularité est vite surmontée avec de la détermination.

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui sont actuellement en formation ?

Il faut être investi à la fois à l’école et dans son entreprise. Je pense que l’on peut vraiment évoluer en étant en alternance et c’est un réel avantage par rapport à une formation en continu où l’on n’a pas une expérience du terrain suffisante. De plus, je pense que l’alternance facilite l’intégration auprès des équipes.

En 2 mots, que représente pour toi l’ESCT ?

Professionnalisme et expérience.

Un mot pour conclure ?

Je voudrais remercier toute l’équipe de l’ESCT ainsi que toutes les personnes qui m’entourent professionnellement sur mon chantier et dans mon entreprise avec qui j’apprends tous les jours. C’est grâce à eux que je peux avancer et m’épanouir dans mon parcours professionnel.

No comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.